Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Date De Naissance Du Blog

  • : Sergeant Pepper Times
  • Sergeant Pepper Times
  • : Ce qui me passe par la tête au moment où ça me passe par la tête. C'est mon blog, oui ou merde ?
  • Contact


Camera

Afin d'azurer votre sécurité, ce blog est placé sous surveillance vidéo.
Merci de votre comprenance.

Fouillez Le Blog

Sergeant Pepper Times a déménagé à une nouvelle adresse : www.sergeantpeppertimes.net.

Il ne publiera donc plus aucun article ici-même.

 

SPT

Grenier

 

Suicide Bomber

11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 12:41

 

 

Le cortège enfin s’ébranle. Le dernier voyage a commencé. Le portrait du défunt, monté sur roulettes, ouvre la marche, une petite-fille à ses côtés. Elle pleure. Derrière elle, viennent ceux qui tirent le corbillard. Ils sont bien soixante ou soixante-dix. Les moines, d’abord, dont certains sont incroyablement jeunes, puis des proches, des amis, des voisins et même, m’a-t-il semblé,  quelques « notables » d’ici et des environs.

Après le corbillard, qu’il faut également pousser si l’on veut qu’il franchisse avec succès le faux-plat qui mène au crématorium, se presse encore une petite foule qui, pour échapper à la chaleur*, se dissimule sous des parapluies et des chapeaux de paille. Une sono embarquée sur un utilitaire, mais que l’on verrait mieux sur la scène d’un festival de hard rock, rend toute conversation impossible.

 

Le kilomètre est vite parcouru. A l’arrivée, on gare le corbillard près de la sala** où aura lieu la brève cérémonie. Chacun s’installe. Des boissons fraîches sont servies. Un vieux moine désaltéré s’approche enfin d’une table sur laquelle repose un ruban qui le relie au cercueil. Il psalmodie deux ou trois prières. La famille distribue des offrandes à chacun des moines présents et la municipalité remet officiellement une contribution financière au fils aîné du défunt, celui qui n’aime pas trop parler. Pendant ce temps-là, quelques hommes descendent le cercueil et le placent dans le crématorium. Au dessus, ils posent la construction en bois à la silhouette de temple qui a servi à l’abriter. Elle n’est pas destinée à lui survivre.

Une dernière fois, moines, amis et voisins viennent déposer des fleurs devant la famille qui s’est maintenant déplacée vers le bûcher. Tous ont les mains jointes. Le dernier bouquet déposé, tout le monde se retire à l’ombre.

 

Un vieil homme approche. Il sort une boîte d’allumettes de sa poche et met le feu à une fusée qui, guidée par un câble, va s’écraser à la vitesse du son contre le bûcher. Les premières flammes jaillissent, d’autres fusées explosent. L’assistance se lève à l’unisson et reprend la direction du village. Aucun ne se retourne. Une crémation n’est pas un spectacle. Personne n’y assiste jamais.

 

 30

31

33

35

34

37

Biere

38


 

 

* Il faisait 40° à l’ombre.

** Une salle ouverte sur au moins trois côtés.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sergeant Pepper - dans Impressions
commenter cet article

commentaires

 

 

 

 

 

 

instant nice person