Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Date De Naissance Du Blog

  • : Sergeant Pepper Times
  • Sergeant Pepper Times
  • : Ce qui me passe par la tête au moment où ça me passe par la tête. C'est mon blog, oui ou merde ?
  • Contact


Camera

Afin d'azurer votre sécurité, ce blog est placé sous surveillance vidéo.
Merci de votre comprenance.

Fouillez Le Blog

Sergeant Pepper Times a déménagé à une nouvelle adresse : www.sergeantpeppertimes.net.

Il ne publiera donc plus aucun article ici-même.

 

SPT

Grenier

 

Suicide Bomber

31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 16:42

 

 

Après la Suisse et la France, c’est maintenant au tour de la Belgique de partir en croisade. Décidemment les pays francophones se distinguent. Encore un peu et on va finir par reprendre le contrôle de Jérusalem dont on s’est fait botter le cul au 12ème siècle, si mes souvenirs sont exacts. Bien évidemment, quand je dis « mes souvenirs », ne prenez pas le truc trop au pied de la lettre. Je n’y étais pas. La croisade actuelle est la première qu’il me soit donné de voir. C’est moins intéressant que l’écolier que je fus ne l’avait imaginé.

 

Bon, les Belges donc, enfin ce qui leur sert de députés viennent de voter un projet de loi interdisant le voile intégral. Partout, y compris dans les rues. Surtout dans les rues. Ceux qui connaissent les autochtones ne seront pas surpris d’apprendre que nombre d’entre eux confondaient les femmes en burqa avec les boîtes aux lettres. Beaucoup d’ailleurs étaient surpris, mais rarement enchantés, de découvrir que la poste avait équipé celles-ci de dispositifs vocaux confirmant le dépôt de la lettre.

Vous noterez que, pour le moment, nos voisins n’ont voté qu’un projet de loi. Ils voteront la loi plus tard. Ensuite, je suppose qu’il leur faudra encore voter pour son application. De là à ce que ça arrive dans les chaumières, les maures, ces êtres sanguinaires qui ont porté le combat sur nos sols sacrés, auront eu tout le temps d’affuter leurs sabres et de faire sauter les ponts.

 

Tout ça pour dire que si le voile intégral ne me plait pas beaucoup, voire pas du tout, j’ai un peu de mal à comprendre l’acharnement dont certains d’entre nous font preuve. Tout ce bordel me parait franchement disproportionné. En France, où résident 65 millions d’individus plus ou moins intelligents, à peine 2 000 femmes voilées et fantomatiques  hantent les rues. Combien en Belgique, terre où s’ennuient seulement 10 millions d’âmes ?

Ces femmes, que je vois comme des victimes des hommes et de leur connerie même si nombre d’entre elles le nient, se retrouvent dans une situation impossible. Celles qui ont pour père, frère ou mari un con fini ne vont plus pouvoir sortir. Leur espace de vie se trouve soudain réduit à un putain de logement. Leurs mecs, par contre, s’en tirent à bon compte. Pourtant tout est de leur faute.


Il n’entre pas dans ma mission de méchant blogueur de faire des propositions constructives mais j’ai le vague sentiment que nous devrions inspirer profondément et réfléchir un petit peu plus plutôt que de sauter dans tous les sens en criant « Musulmans ! Musulmans ! » à tue-tête. Si nous sommes les nations que nous pensons être, il ne devrait pas nous être trop difficile de trouver quelque chose qui, sûrement, prendrait plus de temps et demanderait plus d’argent avant que de produire des résultats mais qui, au final, serait bien plus satisfaisant qu’une prohibition qui nuit aux victimes. Les lois prohibitives commencent à s’empiler dangereusement sur nos étagères. Il serait peut-être temps que l’on arrête. Et fissa, avant qu’une loi ne vienne interdire l’arrêt.

On pourrait peut-être commencer par foutre dehors tous les Imams islamo-fascistes étrangers qui importent, depuis Kaboul ou Ryad, les idées les plus connes qui soient. En France, ils sont un certain nombre. Pour réduire les coûts, nous ne sommes même pas obligés de les mettre dans un charter.  Nous pourrions leur fournir un bateau pneumatique par groupe de douze. Bateau que, bien sûr, ils devraient restituer à nos ambassades une fois arrivés en terre d’Islam dont on se demande bien pourquoi ils en sont partis un jour. Surtout que chez nous, ils ne supportent ni le climat ni la vue des femmes à moitié dévêtues qui chaloupent dans l’espace public. A cause d’elles, ils sont secoués par des séries d’éjaculations franchement intempestives dès qu’ils sortent acheter un sandwich kébab. J’ai entendu dire que certains se vident entièrement de leur substance et ne laissent pour tout souvenir qu’une enveloppe charnelle informe sur le trottoir, enveloppe que d’aucuns finissent par ramasser pour l’introduire dans la première boîte aux lettres qui passe. Bref, si tous ces glands sont un peu honnêtes, ils vous diront eux-mêmes que c’est intenable.

 

 

Foutre le clergé fondamentaliste à la mer n’est qu’une piste, il existe encore plein d’idées à mettre en pratique mais je vous ai déjà dit que positiver n’était pas mon point fort. De plus, j’ai envie de me taper un bon petit western avec Clint Eastwood.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sergeant Pepper - dans Nouvelles du Monde
commenter cet article

commentaires

Michel Donceel 10/04/2010 01:09



Personnellement je trouve particulmièrement sinistre de voir des aisselles intégralement épilées ou des bouts de métal incrustés dans le corps, de préférence sur des zones érotiques.


Les implications de ces pratiques me fichent davantage la trouille que la vue de femmes habillées en noir...bien qu’il semble que tout le monde trouve ça absolument normal


Je ne me risquerais pourtant pas à dire ce que je pense à ces jeunes femmes qui s’infligent de telles mutilations. Vu le conditionnement auquel elles sont soumises, elles ne comprendraient même
pas de quoi je veux parler. A l’instar, exactement, des femmes qui revêtent la burqa.


PS : Ce conditionnement est tel, de fait, que je ne suis même pas sûr que les lecteurs de ce blog saisissent le rapport -pourtant évident - entre voile, épilation et piercing. Il y a de fait
une différence, et de taille : un voile peut s’enlever.



Sergeant Pepper 10/04/2010 11:41



J'aime les aisselles et les pubis épilés où je puis glisser ma langue sans risque de buter sur un morceau de métal traîtreusement dissimulé. Le piercing sur les zones érogènes, c'est comme un
éclat d'os dans le pâté.



jef1947 06/04/2010 14:22



Me suis dirigé vers le frigo. Je ne m'étais pas trompé. Il restait une Duvel. Je me suis assis avec (belgicisme) et j'ai pensé que c'était chouette d'avoir des poteaux dans son salon (je fais
allusion à Internet).



jef1947 05/04/2010 17:58



Etre iconoclaste depuis si longtemps et ne point l'avoir su? Je m'interroge.



Sergeant Pepper 06/04/2010 13:27



Et qu'avez-vous répondu ?



Gallix Lardennois 04/04/2010 03:17



OK sergeant Pepper, je claque des talons puis je me repose. C'est que je ne lis pas tous les jours votre blog, donc je ne savais pas qu'il voulait être absolument iconoclaste!



Sergeant Pepper 04/04/2010 04:24



Gallix, je me réjouis de ce retour soudain et inespéré à la raison. Ce repos que vous projetez ne pourra que vous être bénéfique. A votre réveil cependant, n’oubliez pas de
prendre les trois verres de vin rouge que je me permets de vous prescrire céans. Renouvelez la dose à chaque visite de Sergeant Pepper On Air.


A ce sujet d’ailleurs, je vous invite à revenir avec plus de régularité afin de développer une accoutumance. Il est prouvé que les visites ponctuelles peuvent entraîner des états
de choc comme celui dont vous avez été victime. Personnellement, je viens ici quotidiennement et ne souffre plus d’aucun contrecoup désagréable.


 


Je vous sais également gré du terme nouveau que vous avez bien voulu porter à ma connaissance. Iconoclaste ! Le mot chante à mes oreilles. Il me susurre des idées
épouvantables, m’enjoint de me laisser enfin aller à la fureur et à la destruction. Quel pied que ce mot, Gallix. J’envisage sérieusement de l’intégrer à l’en-tête de ce blog, peut-être même au
pluriel afin d’en doubler la charge explosive. Imaginez la bannière, que dis-je, l’étendard. « Maison Pepper, iconoclastes de père en fils ». Je vois d’ores et déjà des lettres rouge
sang de dix centimètres de haut clignoter sur un fond noir.


O Gallix, je sens que nous allons faire de grandes choses. Oui, de grandes choses. Plus rien désormais ne fera moins de dix centimètres.



Gallix Lardennois 03/04/2010 03:41



Hiqab, burqa, sunnisme, chiisme, wahhabisme, et l’amalgame des croisés


La démographie du voile intégral se limite, en Belgique, à quelques centaines de femmes, la majorité d’entre elles étant les épouses ou concubines des diplomates saoudiens ou des
Emirats Arabes, qui viennent parader vêtues de burqa ou hiqab de chez Cardin ou Dior, dans les boutiques chic de l’Avenue Louise (l’équivalent de la rue de Rivoli à Bruxelles).
Pour  appliquer cette nouvelle loi belge, il faudra donc arrêter des femmes jouissant de l’immunité diplomatique, qui ne sont pas vraiment les représentantes des femmes de
Molenbeek ou d’Anderlecht (quartiers populaires de Bruxelles à forte population marocaine) : bonne chance, les flics, sortez vos matraques électriques pour l’occasion, ça accélérera
l’enfourgonnage dans le panier à salades ; bonne chance aussi aux fonctionnaires des affaires étrangères qui devront négocier la sortie de ce sac de nœuds !


Pour en revenir au fond de l’affaire, c’est toujours de la défense de femmes opprimées qu’il s’agit. Mais lorsque l’on interroge ces femmes sur le confort de leur tenue, sur
l’origine de leur port, sur son sens, sur son ridicule anachronique, elles se révoltent, elles vous envoient des « mêle-toi de tes oignons, ça ne te regarde pas ». On en trouve même, de
jeunes marocaines, fraîchement arrivées à Schaerbeek, qui affirment que dans leurs campagnes berbères du Haut Atlas ça ne se fait pas de porter le voile, mais qu’ici, chez ces roumis obsédés par
le sexe, elles le portent pour se défendre des dragages intempestifs qui choquent leurs habitudes, car lorsqu’elles sont voilées, on se contente de leur balancer un silence méprisant, ce qui les
arrange mieux que le harcèlement verbal grossier des bande-mous. Et, lorsqu’ils parviennent à nouer un contact moins superficiel avec la burqabésée qu’ils croient opprimée par son mari, les
« libérateurs » bien-pensants se voient expliquer (pas chez les Berbères) qu’elle a toujours vécu ainsi, qu’elle a reçu ces traditions de sa mère, et qu’elle les transmettra à ses
filles telles quelles…et qu’elles transmettront aussi à leurs fils la tradition que leurs mères ont transmise à leurs maris et à leurs frères, soit qu’une femme qui n’a pas de retenue, on peut la
prendre à satiété… Elles, et leurs hommes, ont des codes sexuels différents de ceux des occidentaux...


Dans les pays à majorité ou à minorité musulmane, comme partout dans le monde, comme dans toutes les sociétés, quelle que soit leur étrangeté par rapport aux mœurs de l’Occident,
quel que soit leur degré de primitivisme, les traditions sont transmises aux garçonnets comme aux fillettes par leur mère qui demeure en permanence avec eux jusqu’à leur intégration aux activités
spécifiques de leur sexe, en général après « l’âge de raison » qui est fixé selon la tradition spécifique du lieu. L’Occident n’a pas échappé à cette règle, bien qu’il s’observe de
temps à autre aujourd’hui des pères qui prennent la charge totale de leurs enfants, les mères les ayant remplacés dans les vapeurs éthyliques au bord du zinc du bistrot voisin ou devant l’écran
de la télé.


Dans les pays musulmans, ou à faible ou forte minorité musulmane (comme l’Inde, troisième grand peuplement musulman, avec 150 millions de Moslims pas voilés, ou la Chine avec 100
millions de Moslims pas voilés non plus), les tenues vestimentaires sont extrêmement diverses. Le « voile intégral » n’est porté, traditionnellement, qu’en Arabie Saoudite, au Yémen, en
Iran et en Afghanistan. En Inde, les « voilées » sont les intouchables, ou harijan, ou dalits, qui avaient cette tradition dès avant l’invasion aryenne de l’Inde il y a 4000 ans. Au
Soudan, après l’instauration de la charia, il y a 30 ans, par Mohammed El Noumeiry, on a vu les jolies négresses de Khartoum entremêler leurs nattes de bandeaux multicolores qui flottaient au
vent du désert et leur donnait un air archangélique plus ravissant que jamais, il n’y avait que les bande-mous des ONG étasuniennes qui s’en plaignaient ! Au nom de la libération de la
femme, bien sûr ! Les musulmanes de l’Indonésie, du Cambodge ou des Philippines, où est donc leur voile ? Et les femmes berbères, combien en avez-vous vues de voilées ? Et pourtant
ce sont toutes ces femmes qui constituent 80% des 1,57 milliards (divisé par deux) des pratiquants de l’Islam. Donc identifier la tenue de la minorité Shiite d’Iran-Afghanistan et celle des
Wahhabites d’Arabie avec des réglementations islamiques est une énorme grossièreté qui frôle simplement le racisme, mais est tout à fait en accord avec le courant idéologique actuel de la
Croisade Occidentale.


Un autre abus, apparent dans la proposition de bouter hors de France tous les imams islamo-fascistes, faisant référence, comme par hasard, à Kaboul et Ryad (les deux endroits où
l’on porte traditionnellement la burqa), est aussi d’une grossièreté énorme montrant une connaissance du monde islamique issue du simplisme méprisant de CNN. Cet amalgame ignore par exemple que
le monde musulman a, comme le christianisme, plusieurs courants d’orthodoxie divergente. Le sunnisme (80% des Musulmans) n’a pas de clergé, même en Arabie Saoudite où l’office traditionnel du
clergé dans les autres religions est rempli par un ministère, soit un élément de l’appareil d’Etat, nourri par les pétro-dollars, et là le terme fasciste pourrait avoir un peu de pertinence. Dans
le courant sunnite non wahhabite, soit 70% du monde musulman, l’imam n’est pas un membre du clergé, c’est une personne du groupe des croyants élu par celui-ci pour diriger la prière le vendredi à
la mosquée, et là se limite son rôle. Par contre le courant shiite (20% des Musulmans, essentiellement en Iraq, en Iran, en Azerbaïdjan et en minorité en Afghanistan et au Paqistan) a un clergé
organisé, avec école et hiérarchie, on nomme ces prêtres ayatollahs ou  mollah, ce qui explique la structure étatique contrôlée par les religieux en Iran – en Azerbaïdjan, ce
sont des pétro-roublo-dollars qui règlent le jeu comme à Ryad…


Pour ne pas vous ennuyer j’arrête là, mais je résume tout de même : c’est pas en faisant des amalgames grossiers mic-maquant la diversité et la richesse culturelle des
très nombreux peuples musulmans (beaucoup plus large et colorée que celle de la zone coca-hamburger, le grand merdier occidental comme disait Zazie) qu’on arrêtera la Croisade. A propos, la
question essentielle devrait être : qui est-ce que ça dérange, les voiles, les hiqab, les burqa, les fichus, les foulards, les bérets basques, etc., à part les intolérants rageurs ? ça
ne dérange, en principe, que ceux qui les portent, et c’est donc bien à eux de régler le problème, et pas aux intolérants rageurs…




Sergeant Pepper 03/04/2010 04:51



Merde, Gallix, vous n’avez donc pas remarqué que la mauvaise foi, la caricature, les amalgames grossiers, les jugements à l’emporte-pièce, la misanthropie et l’envie de rire aux
dépens de tout le monde sont la colonne vertébrale de ma ligne éditoriale sinueuse, sinon scoliotique. Je ne suis ni un orfèvre ni même un épéiste. Je travaille à la machette, moi. Rarement à
jeun, de plus. Ce qui, parfois, je vous l’accorde, entraîne quelques victimes collatérales.


Si je me mets à introduire ne serait-ce qu’un brin d’honnêteté, à poser les questions essentielles et à tenter d’y répondre, pour autant que j’en sois capable, Sergeant Pepper On
Air va finir par ressembler à Wikipédia, les millions de lecteurs en moins.


 


Je vous remercie toutefois de ce commentaire qui me rappelle que je dois augmenter la taille des caractères qui composent "mon" slogan « Exagérer, c’est commencer à
inventer ».



 

 

 

 

 

 

instant nice person